La maison

La Casa Vicens est la première grande commande reçue par Antoni Gaudí, prélude à toute son œuvre architecturale.

La maison ayant désormais une dimension culturelle et une fonction de musée, dans le projet de réhabilitation, les pièces correspondant à l’extension de 1925 ont été dédiées aux différents services requis par le public et les nouveaux espaces culturels. Ainsi, les pièces conçues par Gaudí n’ont pas été modifiées.

Afin que les personnes à mobilité réduite puissent accéder à l’édifice et s’y déplacer facilement, un escalier moderne a été installé là où se situait l’ancien pour relier les deux espaces. Un ascenseur mène également à tous les étages et au toit de la maison.

Au rez-de-chaussée se trouvent l’espace d’accueil et de réception des visiteurs ; les premier et deuxième étages sont consacrés aux salles de l’exposition permanente centrée sur la maison, aux expositions temporaires et aux activités conçues dans le projet de musée.

Au sous-sol se trouve la Boutique/Librairie spécialisée la Capell.

Au bout du jardin est installé l’espace Café Hoffman.

Le programme d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Le bâtiment et le parcours sont accessibles aux personnes à mobilité réduite grâce à une série de ressources permettant de faciliter et d’améliorer leur visite de la Casa Vicens.

Le jardin

Le jardin actuel est le fruit d’une réflexion et d’une étude détaillée de l’atmosphère de la Casa Vicens à sa création, telle que conçue par Gaudí, et des jardins de l’époque. Dans ce premier chef-d’œuvre, l’architecte s’inspire déjà de la faune et la flore méditerranéennes qu’il met en avant dans son œuvre. Elles occupent une place essentielle dans les ressources et toutes les décorations intérieures.

Gaudí a ainsi pu recréer et concevoir un projet de jardin avec des palmiers, des Phoenix, des Trachycarpus, des plantes grimpantes, des magnolias ou encore des roses et d’autres espèces végétales de l’époque. Depuis sa création, le jardin a été réduit à différentes reprises.

L’image de Sainte Rita, issue du petit pavillon construit en 1927, se trouve dans une niche construite dans le jardin. Ainsi, tous les 22 mai peut être célébrée la messe en l’honneur de Sainte Rita et la bénédiction des roses, une tradition faisant partie de l’histoire de la maison et du quartier de Gracia.

Le sous-sol

Dans cet espace où se trouvait autrefois la cave à charbon, sous un plafond en voûtes aujourd’hui récupéré, a été installée la Boutique/Librairie spécialisée la Capell contenant une bibliothèque. Le visiteur peut y poursuivre sa visite, consulter les ouvrages et continuer le parcours culturel à travers cette première maison de Gaudí.

L’étage noble

Au rez-de-chaussée se situaient les pièces utilisées durant la journée. On y trouve une salle à manger comme espace central autour de laquelle sont distribués une tribune couverte comme galerie, un fumoir et une entrée.

À cet étage noble, le fumoir est un espace de recueillement et de loisirs, véritable oasis orientale. Son plafond est formé par une structure de muqarnas en plâtre polychrome représentant des feuilles de palmier avec des grappes de dattes et le revêtement des murs consiste en des carreaux faits de papier mâché ayant conservé leurs polychromies d’origine vertes, bleues et dorées. Sous les carreaux en papier mâché, formant le soubassement de la pièce, le revêtement du mur est fait de carreaux alternant les couleurs ocre et bleu ciel, sur lesquels apparaissent des roses jaunes et rouges peintes à l’huile.

La salle à manger se trouve aussi dans cet étage. C’est une véritable œuvre d’art mêlant architecture et décoration. On y trouve le mobilier d’origine en bois conçu par Gaudí, la collection de 32 peintures de Francesc Torrescassana, la décoration aux motifs végétaux sur les murs et le plafond ainsi que la cheminée revêtue de carreaux de céramique. La salle à manger donne sur la tribune, avec une fontaine en marbre qui garantit la fraîcheur de l’espace.

Le premiere étage

Au premier étage se trouvent deux chambres, une salle de bain et une salle de séjour. Il s’agit des pièces à usage privé, les plus intimes de la famille Vicens. Des sgraffites aux motifs végétaux représentant toute une symbolique inondent et pénètrent les différentes pièces. Ils donnent un avant-goût de l’univers Gaudí.

Sur la terrasse, située sur la tribune, on trouve un banc en bois au profil métallique d’où admirer paisiblement la nature du jardin. La chambre principale donne directement sur le jardin, bénéficiant ainsi de toute la lumière et de l’aération nécessaires.

Dans la chambre, la décoration de la charpente du plafond en céramique représente un ensemble de pampres en papier mâché pressé et polychromé en vert. Les murs sont recouverts d’une couche de stuc qui symbolise des roseaux et des joncs d’un côté et des fougères de l’autre. Toutes les plantes de la maison représentées en stuc ont été trouvées par Gaudí dans le torrent des Cassoles, à côté de la Casa Vicens.

Au-dessus du fumoir du rez-de-chaussée se trouve une petite salle couverte d’une fausse coupole dorée avec un superbe trompe-l’œil représentant des oiseaux en vol et des plantes grimpantes, comme si la salle était reliée à l’extérieur. Dans la partie inférieure, des carreaux de céramique de couleur blanche, bleu ciel et ocre sont disposés sur le soubassement.

Le deuxième étage

Le deuxième étage est aujourd’hui dédié à l’exposition permanente de la Casa Vicens. Elle offre aux visiteurs une vision globale de ce qu’ils ont vu ou vont découvrir le long du parcours, en fonction du sens de leur visite.

Ces combles de la construction d’origine connurent de profondes modifications au cours des différentes rénovations de la maison, au point qu’y furent construits deux appartements entièrement indépendants. Pour récupérer la structure originelle de l’espace, les cloisons intérieures, revêtements postérieurs et faux plafonds ont été supprimés. Ce travail a donné lieu à un espace ouvert avec des poutres en bois soutenant les différentes parties de la toiture inclinée, et toutes les fenêtres s’ouvrant sur les trois façades, créant une calligraphie morisque d’angles rentrants et saillants qui produit un jeu intéressant d’ombres et de lumières.

Le toit

Gaudí crée dans la Casa Vicens son premier toit-terrasse. Il s’agit d’un véritable belvédère, un espace d’évasion et de contemplation. D’autre part, un chemin de ronde borde les quatre plans inclinés couverts par des tuiles arabes permettant de récupérer l’eau de pluie.

Ce toit-terrasse compte une petite coupole au sommet de la tour située au coin ouest de la façade et trois structures identiques de briques servant de chapeau aux cheminées de la maison. Ces corps, comme la façade, sont revêtus de tuiles de céramique vertes et blanches et témoignent de l’influence des architectures islamique et orientale dans l’œuvre de Gaudí.

La partie du toit-terrasse correspondant à l’extension de la maison a été adaptée afin que le public puisse y accéder et s’y déplacer.

Expositions et activités

Une série d'espaces d'exposition et d'activités, à caractère permanent ou temporaire, viennent appuyer et compléter la visite de la Casa Vicens.

Plus d'info